Le n°598 de L’École des parents : "Les parents et l'école, une relation sous tension"

fevrier-13

Destiné aux professionnels et aux parents, depuis plus de soixante ans,
tous les deux mois, 60 pages,– 7,50 €€

SOMMAIRE :

Actualité

  • Entretien avec...  Michel Billé, sociologue. Notre société de l’éphémère n’aime pas la vieillesse et en parle comme d’un problème. On place les vieux, on s’en décharge, quand on devrait les accueillir et les soutenir.
  • Jeunesse – Atlas des jeunes en France, portrait d’une génération
  • Tendance de la recherche – Antibiotique, l’offensive bactérienne – Plus on consomme d’antibiotiques, plus les bactéries font de la resistance.
  • Questions d’école – L’école au futur – Le rapport du ministère de l’éducation nationale “Refondons l’école de la république” brosse un tableau critique des insuffisances de notre système scolaire et dégage des pistes d’action.
  • Collectivité territoriales – Les doléances des parents d’élèves du 93 – A Saint-Denis des parents inquiets et mécontents se rassemblent pour une nuit des écoles contre l’inégalité scolaire.

Dossier

  • Edito –  Devoirs, devoirs. L’école est un monde complexe, avec ses sigles, ses savoirs, ses objectifs, ses règlements et ses contraintes qui échappent le plus souvent aux parents non experts. Depuis vingt ans elle affirme pourtant vouloir faire une place aux parents, par le biais de représentants élus, de quelques réunions, d’un carnet de liaison à signer, de remise de bulletin scolaires – en main propre lorsque ceux-ci sont mauvais -, et d’information ou de convocation par SMS ou courrier en cas de problème. De leur côté, depuis la crise, jamais les parents n’auront autant compté sur l’école, qui en retour sous couvert de partenariat, n’a jamais autant compté sur eux. Par le biais des devoirs, pourtant interdits dans les textes, l’école externalise une partie de son travail et le sous-traite aux parents, renforçant ainsi les inégalités sociales qu’elle fige, affirment les sociologues. Et tout le monde s’y soumet : enfants, enseignants convaincus des bienfaits du travail personnel et soucieux de boucler leur programme, et parents contents d’être impliqués et responsabilisés. Ces derniers, ceux qui en ont les moyens sauront faire ou délègueront : cours particuliers ou inscription dans le privé – censé encadrer davantage -, quitte à trahir certains de leurs idéaux républicains. Les autres, parents des classes populaires, loin de « démissionner », s’attelleront eux-mêmes à la tâche explique Séverine Kakpo, surtout au primaire et au début du collège. Ils sont là, derrière leur enfant, à faire refaire, à dicter, à vérifier… transformer en contremaître de l’institution : « T’as fait tes devoirs ? », « Montre-moi ». Le problème est qu’ils ne suivront pas forcément la bonne méthode, que la nouvelle façon d’aborder la division n’est pas la leur, contribuant à un certain brouillage dans les apprentissages, et s’exposant, eux et leur enfant, à de mauvaises notes et à de grosses déceptions. Les devoirs, parfois contre productifs, minent les soirées, mettent à bout les patiences, pourrissent les dimanches autour de la table de la cuisine. Rien ne change, la pression se serait même accrue. Ici ou là pourtant des associations se mobilisent, des enseignants refusent de donner du travail, des chefs d’établissement invitent les parents à partager de véritables moments, pour que l’école ne soit pas un lieu intimidant, que la confance s’instaure, que tous travaillent ensemble au bien-être de l’enfant.
  • Enquête – Stratégies scolaires, méfiance et investissement – Ils veulent le meilleur pour leur enfant. Pour cela, les parents d’élève sont prêts à investir et déploient des stratégies élaborées. De son côté, l’école dit vouloir les impliquer davantage.
  • Zoom – Anne Mayard, principale de collège en ZEP – “Il faut aller vers les parents, dédramatiser, les écouter et leur donner la parole.”
  • Point de vue – Décrochage parental – Les parents des classes populaires se sentent disqualifiés par l’institution scolaire.
  • Cinq questions à… – Séverine Kakpo, sociologue – Suivi éducatif dans les classes populaires. – Loin d’être démissionnaires, les familles populaires se mobilisent fortement pour la réussite de leurs enfants, sans toujours maîtriser les attentes de l’école.
  • Reportage – ATD quart monde fait entrer les parents dans l’école – A Saint-Michel-sur-Orge, lors de la journée porte ouverte, les parents d’élève de l’école maternelle Jules Verne ont organisé une exposition pour présenter leur quartier.

Terrain

  • EPE de Haute-Savoie – Autour des ados
  • Parole de professionnels – Contrôleur et inspecteur du travail
  • Initiative école – Haute-Loire – L’école en pyjama.

Pour télécharger le bon de commande,
cliquez ici

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email