Retour sur les journées « Parents d’Ados, aujourd’hui ! » des 19 mai et 2 juin 2017

Impression

Dans la continuité du travail engagé auprès des parents et professionnels, l’équipe du réseau parentalité 62 vous a proposé dernièrement, 2 journées autour de la relation parents-ados intitulées : « Parents d’Ados, aujourd’hui ! ».

Ces journées ont été proposées à l’ensemble des parents et des partenaires du département :

  •  Vendredi 19 mai 2017 à Courcelles-les-Lens pour les territoires du Bassin Minier (Familles en Sol Mineur), de l’Arrageois, de l’Artois et du Ternois Bruaysis.
  • Vendredi 2 juin 2017 à Wimille pour les territoires du Boulonnais, de l’Audomarois, du Calaisis et du Montreuillois (Entre Mer et Terres)

Lors de ces deux journées, une organisation commune a été proposée : une conférence en matinée autour de la thématique et de l’interactivité avec la Compagnie de théâtre forum boulonnaise « Bulles et Bidules » puis un forum de partenaires en après-midi afin de poursuivre les échanges, découvrir des outils et créer des contacts.

Sur le Bassin minier le 19 mai : nous avons accueilli 120 personnes dont 20 parents.

copie-de-dscn4657

Le matin, Catherine Dupuis  s’est prêtée à l’exercice de la conférence.

Catherine Dupuis est psychologue-psychanalyste et Co directrice de l’IPPEA (Institut de Psychothérapie Psychanalytique de l’Enfant et de l’Adolescent) de Lille.

Pour Catherine Dupuis, qui a travaillé avec de nombreux adolescents souffrant de troubles divers et leurs parents, « cette expérience a permis de repérer dans la clinique combien l’adolescence est une phase spécifique de l’existence ou se jouent un certain nombre de transformations et de bouleversements susceptibles, dans certains cas mais pas toujours, de produire des effets difficiles à intégrer pour les adolescents autant que pour leur famille. Que cela soit difficile ou non, il s’agit d’une période de mutation ou de transition repérable par l’adolescent autant que par son environnement. »
Quelques repères sur son intervention

L’histoire du concept d’adolescence.
« Aujourd’hui, cette période  est donc  bien repérée  dans la société, mais trop souvent sur un mode  que  l’on  pourrait qualifier d’anxieux. N’oublions  pas  que la majorité des adolescents vont bien et qu’ils réussissent à traverser cette période sans véritables difficultés. »
Qu’est-ce qui inquiète tant dans la période adolescente ? Les bouleversements adolescents : un processus, une métamorphose.
« L’adolescent de 14 ans  ne  ressemble  pas à celui de 16 ans,  ni à celui de 18 ans.  Ce constat permet de  mettre en évidence la notion  de processus adolescent. Le processus  suppose une évolution lente mais constante, une transition  qui permet le passage du statut de l’enfant  à celui  de  l’adulte.  Ce  processus  transformatif,  qui  touche  à  l’identité, est  perceptible  par l’entourage au   travers  des  ajustements  et  des réajustements  fréquents et spécifiques que  suppose l’accompagnement de cette évolution.  Les parents sont ainsi, malgré eux, entraînés dans ce  processus  qui  peut exiger de leur part un travail  psychique  d’accompagnement  et  de transformation de leur représentation et de l’exercice de leur parentalité. »
Comment comprendre ces transformations ? La puberté, le pubertaire
« La Puberté est un moment de transformation physique liée notamment à des modifications du fonctionnement hormonal. Elle est caractérisée par le développement du corps en termes de taille et de caractéristiques sexuelles, mais aussi intellectuelles et psychiques. »
« Comment faire avec ce nouveau corps qui ne correspond pas toujours à ce que l’on aurait souhaité et aux images idéalisées qui nous sont proposées dans la société ? »
« Le pubertaire, notion proposée par Philippe Gutton, est l’équivalent au niveau psychologique et psychique, de ce que la puberté est au corps. Cette notion vise à décrire en quoi, les transformations physiques et hormonales imposent à l’adolescent un certain nombre de transformations sur le plan psychique qui peuvent être difficiles à vivre et à intégrer. »
Les conséquences sur le lien parents-adolescent
« Les parents perdent progressivement la place centrale qu’ils occupaient jusqu’alors, celle des principaux objets d’amour et d’affection de leurs enfants.
Pour se séparer de l’autre, le désinvestir, il est souvent nécessaire d’interroger et/ou de critiquer cette personne,  de la  dés idéaliser. »
« L’adolescence interroge particulièrement la parentalité, c’est-à-dire la façon d’investir la fonction parentale auprès de l’enfant. »
La mère, le père
« La parentalité concerne des mères, des pères, dans leurs rôles sociaux. Et nous savons que ces derniers sont en pleine mutation aujourd’hui. » « La place des pères a considérablement évolué dans la société postmoderne ». De même pour « la distribution des repères du masculin et du féminin. »

« Etre parent est un travail difficile, l’un des trois métiers impossibles disait S. Freud, à côté de l’enseignement et de la psychanalyse ! »

 La sélection de photos du 19 mai   picto-appareil-photo-100

Les structures présentes au forum : Centre de Planification ou d’Éducation Familiale, La Maison Des Ados, La Ligue de l’enseignement, PAEJ LE SAGITTAIRE de Carvin, Club de Prévention Avenirs des Cités de Harnes, Service Social en Faveur des Elèves, Le Planning Familial 62 de Lens, Les promeneurs du net, EPDEF, UDAF, Point Informations jeunesse
En savoir plus sur les partenaires présents le 19 mai 2017 à Courcelles-les-Lens 

 

Sur le Boulonnais le 2 juinc’est presque 100 personnes présentes pour 12 parents et 9 professionnels-parents.

Henrick Maginelle, Psychologue de l’association Colline Acepp, est intervenu sur la thématique.

Henrick Maginelle est psychologue-clinicien, formateur pour l’association Colline-Acepp.
Il a remplacé au pied levé (… et de main de maître !) Catherine Dupuis, souffrante le 2 juin à Wimille.

Quelques repères de son intervention
« Parents d’ados Aujourd’hui » : comment instaurer une confiance du parent à l’adolescent, et de l’adolescent au parent ?
Les bouleversements de l’adolescence
Après être revenu sur les étapes clés de l’enfance, Henrick Maginelle décrit les bouleversements liés à l’adolescence :
* Un processus de « désidéalisation » des parents, avec une opposition au cadre qui leur est nécessaire … mais insupportable.
* Un clivage entre l’action et la mentalisation («c’est pas moi », « j’ai pas dit ça » …) : importance pour les parents de savoir dire stop, et d’arrêter les négociations, car les ados peuvent être dans la manipulation.
* L’instantanéité : l’adolescent fonctionne dans l’ici et maintenant, d’où la difficulté pour lui de se projeter, de prévoir.
* L’ambivalence des sentiments : l’ado peut passer de l’amour à la haine en quelques minutes.
* Le groupe de pairs qui représente la solidarité et le repos : c’est rassurant de partager les mêmes problèmes. L’ado trouve de l’apaisement à être avec ses pairs.
* Une fragilité narcissique (cf « Le complexe du homard – F.DOLTO »)
* Des conduites ordaliques plus développées chez les garçons : se lancer des défis, prendre des risques (« je réussis, je suis un dieu !»), et recherche de la reconnaissance des pairs.
Toutes ces étapes se superposent entre 14 et 16 ans : c’est la « crise d’adolescence » !
… Les ados sont fatigués, car beaucoup d’énergie est dépensée dans ces processus.
Etape importante à l’adolescence : l’intégration de la règle
L’adulte représente la loi, le cadre ; l’adolescent contourne ce cadre. L’important pour le parent est de commencer tôt à poser les règles, les interdits tout en distinguant la personne de l’acte (« je t’aime mais je n’aime pas ce que tu as fait»).
Quand la loi est perçue comme une garantie des relations sociales : l’enfant a conscience des droits et des devoirs.
Il est important d’introduire la réciprocité, notamment que les autres ont également des droits… Sinon, il deviendra un adulte procédurier.
Les difficultés de communication de l’adolescent
L’adolescent connait des difficultés de communication, car il est en quête d’identité : pour se trouver, il va être dans la transgression.
La quête d’identité implique de penser par soi-même et donc s’opposer à la pensée des adultes, de se tourner vers les copains pour se détourner des parents envers qui l’ambivalence des sentiments est maximale, et d’expérimenter : transgresser c’est échapper au statut d’enfant.
La nécessité du cadre
Henrick Maginelle insiste sur la nécessité d’accompagner l’adolescent dans un soutien inconditionnel  (« je t’aime en tant que personne »), plutôt que dans un type de soutien conditionnel (« je t’aime en fonction de tes actes »)
Quand le soutien inconditionnel est situé dans un cadre avec des limites, l’enfant est épanoui, il a une estime de lui-même correcte. Il est en capacité de gérer des conflits. Il est dans une ouverture à l’autre.
En conclusion
Le futur comportement de l’adolescent se joue dès l’enfance. Si l’éducation de l’enfant est difficile, celle de l’adolescent est compliquée.
Il apparaît donc important dès l’enfance d’être dans l’écoute (différent du « laisser-faire »), de faire preuve d’empathie, et d’échanger avec son enfant.
Attention à être vigilant et faire la différence  entre comprendre l’acte de transgression des règles et l’acceptation du comportement.
L’écoute, l’empathie, l’échange sont les bases de l’éducation.
Télécharger le contenu de la conférence

Les partenaires présents au forum de l’après-midi : le Centre de Planification ou d’Education Familiale, la Maison Des Ados du Littoral, la Ligue de l’enseignement, le Centre social éclaté de SAINT MARTIN BOULOGNE, le Centre social Audrey Bartier de WIMEREUX, Education Loisirs Promotion, le Centre social d’ARQUES, le Centre Social de BERCK, le Point Information Jeunesse de  SAINT OMER, LUMBRES et AIRE SUR LA LYS, le Service Social en Faveur des Elèves, Unis-cité, la Protection Judiciaire de la Jeunesse, La Spirale. En savoir plus sur les partenaires présents au forum du 2 juin à Wimille

Découvrez l’INFORESO 53 consacré aux journées « Parents d’Ados, aujourd’hui »

inforeso-53-web-1-800