J’imagine mon quartier, retour sur le projet du CLAEPP à Calais

Ateliers hebdomadaires avec les habitants de la Porte de Paris. Octobre 2018 à Janvier 2019

Dans le cadre de la rénovation urbaine prochaine, nous avons travaillé à la création d’une maquette du quartier du Fort Nieulay afin de matérialiser les souhaits et les attentes des habitants du quartier. Les objectifs étaient notamment de :

– Porter un regard critique sur son environnement. Identifier les attentes des habitants.

-S’impliquer et mettre en oeuvre une proposition d’aménagement, dans le cadre du renouvellement urbain.

claepp claepp2Découvrir de nouvelles pratiques artistiques.

– Imaginer et créer de façon collective.

– Aborder la création par le biais du recyclage, de la récupération et du détournement des matériaux.

-réaliser un « objet artistique ».

La construction d’une maquette est complexe. Elle nécessite beaucoup de temps de travail. Les contraintes techniques sont importantes, elles réclament de la rigueur, de la précision (respect des échelles, agilité dans la réalisation, minutie) Pour ce projet, des capacités de créativité et d’imagination étaient également requises.

Au sein du groupe de travail, une majorité des habitants a eu du mal à dépasser ces contraintes. La créativité et la réflexion autour du devenir du quartier ont été pour certains difficile à appréhender. Le travail à l’échelle a également posé problème pour nombre d’entre eux, suscitant parfois du découragement. Travailler sur un ouvrage collectif et non personnel n’était évident pour tous.

Au départ, nous sommes parti de l’existant. Nous avons procédé à l’élévation des éléments d’architecture qui ne seraient pas touchés par le plan de rénovation.

La physionomie du quartier a pris doucement forme ce qui a permis de clarifier pour beaucoup la lecture de la maquette, et a libéré la créativité de quelques participants. Si certains n’ont voulu ne participer qu’à certains type d’activités (« je ne veux faire que de la peinture » ou « je n’ai pas d’idée, dites moi ce qu’il faut que je fasse ») D’autres ont saisi l’opportunité pour développer leur imagination et prendre des initiatives. Ils ont agit comme des éléments moteur et au fur et à mesure ont dépassé les difficultés entrainant avec eux les plus récalcitrants. La logique de travail est devenue plus collective et tout le monde s’est mis à l’ouvrage, chacun trouvant son rôle dans la fabrication de cette maquette. Beaucoup se sont montrés très inventifs concernant la réutilisation des matériaux, en collectant et en transformant avec perspicacité tout les éléments du quotidien qui pouvaient servir à la construction de la maquette. (Bouchons de plastique, emballages, boîtes…etc.)

Finalement, si certains aspects de l’aménagement du territoire n’ont pas été évoqués (création de pistes cyclables) les habitants ont démontré une volonté d’implication dans le devenir de leur quartier auquel ils sont très attachés. Ils ont su illustrer et matérialiser leurs attentes en matière de création d’espaces verts, de jardins, d’éclairage public, d’embellissement du cadre de vie. Ils ont pointé l’absence d’infrastructures : Bibliothèque, commerces, autres infrastructures de loisirs).

L’utilisation des énergies renouvelables (panneaux solaires) pour les bâtiments d’habitation fait aussi partie de leurs souhaits.